L’hôtel à insectes

L’hôtel à insectes de l’école Notre Dame de Divatte-sur-Loire

Il est 20h, le repas est servi sur la terrasse, tout le monde profite goulûment de ses bons petits plats, quand patatras ! Une guêpe, puis deux s’invitent au festin, s’ensuit la famille moustique, tout dard dressé : un vrai cauchemar, ou presque.

C’est à peu près la seule image que l’on garde de ces drôles de bébêtes, les insectes.

Savez-vous que l’on compte sur notre planète plus de 10 millions d’espèces d’insectes, ce qui en fait des champions toutes catégories, représentant 80% du règne animal, et ce, pour certains depuis près de 450 millions d’années (les moustiques appréciaient déjà le derrière de nos chers dinosaures).

Chacun d’entre eux est programmé pour accomplir une tâche bien précise : il y a les pollinisateurs (bourdons, abeilles, papillons), les recycleurs (carabes et compagnies), les nettoyeurs qui contribuent à enrichir le col, sans oublier tous ces dévoreurs, qui par leur féroce appétit, régulent l’expansion de certains végétaux trop invasifs. Ils sont un maillon important de la chaîne alimentaire. Bref, ces petites bébêtes méritent un peu plus de considération, ils sont les garants de la vie, sans eux nous n’existerions plus !

Un hôtel à insectes : une drôle d’idée

L’idée est née d’un constat, scientifiques et jardiniers éclairés ont remarqué que plus un milieu (culture en plein champ, verger, potager) comportait une grande biodiversité, meilleure était la santé des végétaux. Cela vient du fait qu’au travers ce foisonnement de vie s’installe un équilibre parfait entre les insectes, les mammifères et les végétaux, chacun d’entre eux trouvant sa place au cœur de cet écosystème.

Dans notre potager ou verger, leur créer un habitat (refuge, abri, hôtel) revient tout simplement à donner un coup de pouce à la nature. En attendant que cet équilibre s’installe, les insectes auxiliaires (bourdons, abeilles solitaires, chrysopes, syrphes, pince-oreilles, coccinelles et autres carabes) pourront y trouver refuge et prodiguer leurs bienfaits. Au fil des saisons, un équilibre s’instaurera.

Mme Guinel, directrice de l’école Notre Dame, a permis l’élaboration de ce projet et au travers la construction de cet hôtel à insectes, les élèves de CM2 ont pu éveiller leur curiosité envers ce monde animal encore si méconnu. Les travaux autour de ce projet ont été l’occasion pour eux de prendre conscience que toutes les formes de vie sur Terre sont liées les unes aux autres et que l’on ne pourrait se passer d’aucune.

Cette expérience illustre la citation d’Alexandra David Neel : « A l’origine de toute connaissance, nous rencontrons la curiosité ! Elle est une des conditions du progrès »

Allez maintenant, tous aux abris… à insectes, bien sûr !

Share
Share